La conjoncture actuelle est propice aux recrutements, directs ou indirects (intérim, prestation).
Si cela crée des pénuries sur certains domaines de compétences, cela engendre également une accentuation des difficultés rencontrées par les PME vis à vis des Grands Groupes.
Une PME sur deux affirme aujourd’hui rencontrer des difficultés récurrentes de recrutement ce qui va à l’encontre de sa courbe de croissance et l’oblige même parfois à refuser des contrats.

Si on prend l’exemple du recrutement d’un cadre dans une PME, cela présente une importance particulière. Étant moins nombreux, ils sont plus exposés et leur recrutement revêt alors des enjeux forts, notamment en termes d’intégration et d’adhésion à la culture de l’entreprise.
Comme pour tout recrutement, et a fortiori dans une PME, l’évaluation des savoir-être devient primordiale. D’autant plus que si il est non concluant in fine, il aura des conséquences bien plus importantes.
Bien souvent, les petites structures n’ont pas de service RH en tant que tel, voir même aucune ressource RH dédiée à la gestion des salariés et du recrutement, contrairement aux plus grandes structures qui disposent de ressources financières et humaines importantes (ce qui ne les empêchent pas de rencontrer elles aussi des difficultés d’identification des profils recherchés).

La structuration RH, les moyens mis à disposition ou encore l’image entreprise sont autant de facteurs influents au détriment des plus petites structures, mais ce n’est pas tout.

Parmi les explications à ces difficultés, on retrouve également le fait que les PME peuvent souffrir d’un manque d’attractivité auprès des candidats. Les rémunérations et les avantages sont en moyenne moins élevés et les perspectives d’évolution peuvent sembler restreintes.
Enfin, la localisation géographique reste l’un des principaux freins, car si les PME se situent très souvent à l’extérieur des grandes agglomérations, cela est généralement contradictoire avec la mobilité des candidats et restreint alors grandement le champ des possibles.

Si on rajoute à cela le fait que dans de nombreux cas, soit la description du poste ne correspond pas réellement aux tâches à accomplir, soit le CV ne retranscrit pas clairement le projet professionnel du candidat, alors on comprend mieux pourquoi les entretiens se soldent trop souvent par une déception.

Ce sont des dizaines de milliers d’embauches qui sont abandonnées chaque année.
Pôle emploi les évalue entre 200.000 et 330.000 en 2017, une fourchette en hausse en 2018 conformément à l’amélioration de la conjoncture économique globale.

Plutôt que s’accrocher aux traditionnels CV et fiche de poste, chez M-PEARL on préconise une approche par les compétences et attentes réelles.

Pierre Guinet

L’article La Tribune

https://www.latribune.fr/carrieres/recrutement/pme-les-difficultes-de-recrutement-s-amplifient-778488.html